• lecture

    lecture

  • Lecture commune : chiens de sang de Karine Giebel

    Exceptionnellement, je publie aujourd'hui pour vous parler de la lecture commune avec Pat Pépette : http://patpepette.eklablog.com/recent

    Lecture commune : chiens de sang de Karine Giebel

    Courir; toujours plus vite. Plus loin. Fuir la mort qui plane au-dessus d'eux; oiseau de proie aux ailes gigantesques dont l'ombre les dévore déjà. Diane a choisi la fuite. D'instinct. Elle sait qu'ils sont derrière. Juste derrière. Avance minime, infime. Comme son espérance de vie, désormais. Pourtant, elle marche. Pourtant, elle veut vivre. Rémy avance. Avec le poids de la peur qui comprime son cœur. Le poids de la fatigue, comme un boulet enchaîné à ses jambes. Il devrait être ailleurs, en ce moment même. En compagnie de sa femme et de sa fille. Mais non, il est là, errant dans ces bois inhospitaliers, avec ces inconnus qui fuient comme lui. Il est devenu une proie. Rien qu'une proie. Il n'existe plus. Déjà mort. Alors, pourquoi a-t-il aussi peur? Le monde est ainsi fait, qui ne changera jamais. Les chasseurs d'un côté, les proies de l'autre.

    Mon ressenti : Ce livre relate des chasses à l'homme, insoutenables, incroyables mais possible dans ce monde cruel ! Un livre court qui se lit rapidement ! C'est la course pour la vie, comme une bête traquée, cette femme d'un côté et ces hommes de l'autre qui court pour sauver leur peau !

    Deux histoires parallèles et pourtant communes ...

    Haletant, captivant ! 

    Une bonne réussite pour découvrir cette auteure !

    *******

    Gagner sa vie ...Quelle curieuse expression ! songea Remy. 

    ****

    Que la joie est éphémère, la douleur infinie.
    Que le bonheur est de secondes, la souffrance d'éternité. 

    ****

    Le monde est ainsi fait, qui ne changera jamais. Les chasseurs d'un côté, les proies de l'autre. 

    ****

    C'est lorsqu’il a tout perdu qu'il a pris conscience de la valeur de ce qu'il possédait

    ****

    « Douleur et bonheur ont tous les deux une même limite : la mort » 

     

    Pin It

    23 commentaires
  • Am Stram Gram

    Deux jeunes gens sont enlevés et séquestrés au fond d'une piscine vide dont il est impossible de s'échapper. À côté d'eux, un pistolet chargé d'une unique balle et un téléphone portable avec suffisamment de batterie pour délivrer un terrible message : « Vous devez tuer pour vivre. » Les jours passent, la faim et la soif s'intensifient, l'angoisse monte. Jusqu'à l'issue fatale.

    Les enlèvements se répètent. Ce sont les crimes les plus pervers auxquels le commandant Helen Grace ait été confrontée. Si elle n'avait pas parlé avec les survivants traumatisés, elle ne pourrait pas y croire.

    Helen connaît les côtés sombres de la nature humaine, y compris la sienne ; pourtant, cette affaire et ces victimes apparemment sans lien entre elles la laissent perplexe.

    Rien ne sera plus terrifiant que la vérité.

    Am Stram Gram

    Mon ressenti : Un thriller étonnant, une histoire incroyable qui tient en haleine tout le long de la lecture ! Une série de meurtre très surprenante ! Je lirai avec plaisir la suite des aventures du commandant Helen Grace.

    *****

    "On n'était pas du genre cultivés et les connaissances en géographie de ma mère s'arrêtaient au débit de boissons le plus proche."

    ***

    La confiance est une chose fragile : difficile à gagner, facile à perdre. 

    ***

    Le désespoir était plus facile que l'espoir. L'espoir était cruel car il lui promettait des choses qu'elle craignait de ne plus jamais connaître : l'amour, la chaleur, le confort, le bonheur. 

    ***

    Ensemble vous devez décider qui vivra et qui mourra. Seule la mort vous permettra de vous libérer. Il n'y a pas de victoire sans sacrifice. 

    ***

    Comment digérer le fait qu'une personne que vous aimiez vous a bousillé la vie et laissé seul au monde ? 

    Pin It

    23 commentaires
  • Défaillances de B.A. Paris

    Tout a commencé cette nuit-là, dans la forêt.

    Cassandra ne s’est pas arrêtée pour proposer son aide à la conductrice de la voiture immobilisée sur le bord de la chaussée, en plein orage.

    Lorsqu’elle apprend le lendemain que la femme a été retrouvée sauvagement assassinée, Cass est assaillie par la culpabilité. Et les coups de fil anonymes qu’elle reçoit désormais chez elle ravivent son angoisse. Elle en est persuadée : quelqu’un l’a vue, ce soir-là. Quelqu’un qui continue de l’observer. Quelqu’un qui pourrait bien être l’assassin.

    Pourtant ni son mari, ni sa meilleure amie ne prennent ses craintes au sérieux. Et alors que Cass elle-même commence à douter face à ses trous de mémoire de plus en plus fréquents, ses angoisses se transforment en terreur.

    Défaillances de B.A. Paris

    Lecture commune avec mes copinautes : 

    Gaelle : https://www.babelio.com/monprofil.php?id_user=228246

    Maribel : http://missneferlectures.eklablog.com/

    Abby : http://chezmoichezvous.eklablog.com/

    Mon ressenti : Voici une intrigue captivante. Une jeune femme qui bascule petit à petit dans la folie, entre culpabilité et trouble de mémoire. Elle ne sait plus ce qu'elle a fait, ce qu'elle a vécu... Elle a tellement peur d'être atteinte par la maladie de sa mère (démence précoce). Ce livre traite de la maladie, de la mémoire, de la culpabilité, une excellent thriller psychologique.

    Malgré que je me doutais d'une partie de l'énigme, j'étais bluffée par le final.

    On lit ce livre en imaginant parfaitement les personnages, les lieux comme dans un film !

    ********

    La peur et la culpabilité sont devenues des compagnes si familières que j’ai oublié ce que c’est de vivre sans elles.

    ****

    C’est comme ça que les gens se laissent entraîner dans des situations potentiellement dangereuses, comme des agneaux à l’abattoir ? 

    *****

    La peur de me retrouver bloquée dans la forêt emplit mes veines d’adrénaline et me pousse à réagir. 

    *****

    ******

    Rêver de Franck Thilliez

    Un livre qui rentre dans le cadre du challenge de Phildes : 

    http://phildes2.canalblog.com/

     

     

    Rêver de Franck Thilliez

    ********

    Défaillances de B.A. Paris

    Tataflo : http://luniversdetataflo.eklablog.fr/lundi-a140040292

    Silenne : http://dans-mon-frigo.blogspot.fr/2018/03/en-lair.html 

    Pin It

    16 commentaires
  • Sous le même toit de Jojo Moyes

    A la mort de son mari, Isabel Delancey se retrouve criblée de dettes sans autre choix que de partir s'installer à la campagne dans une maison de famille délabrée avec ses enfants. Elle espère pouvoir compter sur le soutien de ses voisins mais elle ignore que sa présence va réveiller d'anciennes querelles.

    Sous le même toit de Jojo Moyes

    Lecture commune avec

    Pat Pépette : http://patpepette.eklablog.com/recent

    Clio : http://clio-se-balade-autrement.eklablog.com/lectures-communes-janvier-2018-a132690456

     

    Mon ressenti : Voici le second livre de cette auteure que je lis. 

    Un belle histoire, de nombreux personnages, avec des personnalités bien différentes. L'auteure nous décortique chaque pensée des protagonistes, leur désir...

    Une histoire qui tourne autour d'une maison que tout le monde désire ! 

    Certains personnages sont agaçants mais nous avons envie de savoir comment cela se termine !  

    Je trouve trop de longueurs, on s'ennuie par moment ! 

    Ca manque d'action mais je ne peux pas dire que je n'ai pas aimé ! 

    Malgré tout, on cherche à savoir et on est content de continuer cette lecture ! 

    ***********

    Vous seriez étonnée par tout ce qu'on peut faire , dit Byron, quand on est obligé.

    ********

    " Tant que l'un de vos enfants n'est pas heureux, vous ne pourrez pas l'être". 

    ******

    Elle fut stupéfaite de la rapidité à laquelle on pouvait se sentir jugée ; une demi-seconde de silence suffisait. 

    ********

    - Ça va s'arranger, lui dit-elle. Parfois, la vie est vraiment pourrie, et au moment où tu crois que c'est fichu pour toujours, ça s'améliore. 

    *******

    Parfois, il est plus facile de se rappeler les choses quand on est deux. 

    Sous le même toit de Jojo Moyes

    Ce livre est lu dans le cadre du challenge de Phildes :

     http://phildes2.canalblog.com/

    Sous le même toit de Jojo Moyes

     *************

     

    Sous le même toit de Jojo Moyes

    Estrelita : http://blogauriana.eklablog.com/defi-khanel-a135590752

    Pin It

    23 commentaires
  • La fille dans le brouillard

    Une jeune femme est enlevée dans un paisible petit village des Alpes italiennes. Le coupable est introuvable, et voilà que la star des commissaires de police, Vogel, est envoyé sur place. De tous les plateaux télé, il ne se déplace jamais sans sa horde de caméras et de flashs. Sur place, cependant, il comprend vite qu’il ne parviendra pas à résoudre l’affaire, et pour ne pas perdre la face aux yeux du public qui suit chacun de ses faits et gestes, il décide de créer son coupable idéal et accuse, grâce à des preuves falsifiées, le plus innocent des habitants du village : le professeur d’école adoré de tous. L’homme perd tout du jour au lendemain (métier, femme et enfants, honneur), mais de sa cellule, il prépare minutieusement sa revanche, et la chute médiatique de Vogel.

    La fille dans le brouillard

    Mon ressenti : j'ai dévoré ce livre ! Un suspense incroyable ! On ne sait pas si on doit aimer ou détester les protagonistes, s'ils sont sincères ou menteurs, manipulateurs ! L'auteur m'a retourné comme une crêpe.... Je suis fan de cet auteur ! Et j'espère en lire d'autres.....

    Excellent thriller

    ****

    « Je t’ai emmené du coté obscur de la lumière. Parce que la lumière aussi en a un, même si tout le monde n’arrive pas à le voir »

    *****

    Ce n'est peut-être pas le mal qui alimente les médias, mais juste notre curiosité morbide. Vous ne croyez-pas ? 

    *****

    - Le soupçon se propage dans une communauté de la même manière qu'une épidémie, vous le saviez? Il suffit de pas grand-chose pour que la contagion devienne impossible à arrêter. Les gens ne cherchent pas la justice, ils veulent un coupable. Pour donner un nom à la peur, pour se sentir en sécurité. Pour continuer de croire que tout va bien, qu'il y a toujours une solution. 

    *****

    Martini se demanda pourquoi les racistes , avant de parler, jugeaient toujours nécessaires de préciser qu'ils ne l'étaient pas. 

    *****

    Martini se demanda pourquoi les racistes , avant de parler, jugeaient toujours nécessaires de préciser qu'ils ne l'étaient pas. 

    *****

    La vérité est que nous n'avons pas le temps de nous demander si nos enfants sont heureux, parce qu'il y a plus important à faire : nous demander si nous sommes heureux, nous, pour eux, et nous assurer que nos erreurs ne leur retombent pas dessus. 

     ***********

    J'ai aussi pris plaisir à lire une BD que nous avions offert au papa de Julie :

    La fille dans le brouillard

    Une série de 4 BD ! 

    Je conseille

    Pin It

    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique