• bilan lecture

    Voici un petit bilan de lecture : 

    bilan lecture

    Emigrés d'Afrique en Angleterre, Ebuka, Yetunde et leurs deux fils vivent une vie paisible. Pourtant lorsque le plus jeune disparaît, la police vient enquêter. Ebuka, le père de famille décide alors de faire remonter Muna de la cave. La jeune fille, considérée comme une esclave vit recluse sans que personne ne connaisse son existence. Cette dernière, manipulatrice de génie, projette de se venger.

    Mon ressenti : Un livre inclassable, très intrigant avec un bon suspense qu'on ne lâche pas avant la fin. Une ambiance glauque

    *****

    bilan lecture

    "A la fin de décembre 1999, une surprenante série d'événements tragiques s'abbatit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt. Dans cette région couverte de forêts, soumise à des rythmes lents, la disparition soudaine de cet enfant provoqua la stupeur et fut même considérée, par bien des habitants, comme le signe annonciateur des catastrophes à venir. Pour Antoine, qui fut au centre de ce drame, tout commença par la mort du chien..."

    Mon ressenti : Encore un livre avec un excellent suspense, qui joue sur la corde sensible car le personnage principal est un enfant, on est partagé entre la justice et le pardon ! 

    ******

    bilan lecture

    Un campus prestigieux figé sous la neige 
    Trois amis liés par un secret tragique
    Une jeune fille emportée par la nuit

    Côte d’Azur - Hiver 1992
    Une nuit glaciale, alors que le campus de son lycée est paralysé par une tempête de neige, Vinca Rockwell, 19 ans, l’une des plus brillantes élèves de classes prépas, s’enfuit avec son professeur de philo avec qui elle entretenait une relation secrète. Pour la jeune fille, « l’amour est tout ou il n’est rien ».
    Personne ne la reverra jamais.

    Côte d’Azur - Printemps 2017
    Autrefois inséparables, Fanny, Thomas et Maxime – les meilleurs amis de Vinca – ne se sont plus parlé depuis la fin de leurs études. Ils se retrouvent lors d’une réunion d’anciens élèves. Vingt-cinq ans plus tôt, dans des circonstances terribles, ils ont tous les trois commis un meurtre et emmuré le cadavre dans le gymnase du
    lycée. Celui que l’on doit entièrement détruire aujourd’hui pour construire un autre bâtiment.

    Dès lors, plus rien ne s’oppose à ce qu’éclate la vérité.
    Dérangeante
    Douloureuse
    Démoniaque… 

    Mon ressenti : Des personnages très intéressants, bien construits ! Une belle intrigue ! On ne voit pas le temps passé avec ce livre !

    ******

    bilan lecture

    En apparence, Jack et Grace ont tout pour eux. L’amour, l’aisance financière, le charme, une superbe maison. Le bonheur. 
    Vous connaissez tous un couple comme celui qu’ils forment, le genre de couple qui vous fait rêver. Vous adoreriez passer davantage de temps avec Grace, par exemple. L’inviter à déjeuner, seule. Et pourtant, cela s’avère difficile. Vous réalisez que vous ne voyez jamais Grace sans Jack. Qu’est-ce que cela peut-il cacher ? Parfois, un mariage parfait cache un mensonge parfait. 
    Et vous, connaissez-vous vraiment vos amis ?

    Mon ressenti : Une incroyable histoire qui pourtant et malheureusement peut être vrai ! La violence conjugale, la maltraitance physique et psychologique ! Une terrible histoire qui marque les esprits !

    ****

    bilan lecture

    Los Angeles, 1959. L’actrice Elizabeth Badina se volatilise durant le tournage du film qui devait faire d’elle une star. Enlèvement? Meurtre? Disparition volontaire? Malgré l’enquête conjointe de la police et du FBI, l’affaire ne sera jamais résolue.

    1998. Après un succès fulgurant au box-office qui a fait de lui la coqueluche d’Hollywood, le scénariste David Badina affronte une traversée du désert. Incapable de mener à bien le moindre projet, il est contacté par Wallace Harris, légende vivante du 7e art et metteur en scène paranoïaque, qui lui demande de travailler au scénario de ce qui sera sans doute son dernier film. Ils ne se sont jamais rencontrés mais un lien unit les deux hommes : Wallace Harris n’est autre que le réalisateur du drame policier qui devait lancer la carrière d’Elizabeth, la mère de David. Et l’un des derniers à l’avoir vue vivante.

    En acceptant son offre, le scénariste va tenter de découvrir ce qui est arrivé à sa mère quarante ans plus tôt. Quitte à déterrer de vieux secrets qui feront voler sa vie en éclats.

     

     

    ****

    bilan lecture

    Certains de ces livres entrent dans la cadre du challenge de Phildeshttp://phildes2.canalblog.com/ 

    bilan lecture

    - Dans la cave

    - La jeune fille et la nuit 

    - Derrière les portes

    - Le femme à droite sur la photo

    Pin It

    18 commentaires
  • 3 jours et une vie de Pierre Lemaître

    "À la fin de décembre 1999, une surprenante série d’événements tragiques s’abattit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt.
    Dans cette région couverte de forêts, soumise à des rythmes lents, la disparition soudaine de cet enfant provoqua la stupeur et fut même considérée, par bien des habitants, comme le signe annonciateur des catastrophes à venir.
    Pour Antoine, qui fut au centre de ce drame, tout commença par la mort du chien…"

    3 jours et une vie de Pierre Lemaître

    Lecture commune avec 

    Pat Pépette : http://patpepette.eklablog.com/recent

    et Clio : http://clio-se-balade-autrement.eklablog.com/trois-jours-et-une-vie-pierre-lemaitre-lectures-communes-juin-2018-a144878850

    Mon ressenti : Un sacré suspense ! On est partagé entre faire éclater la vérité et protéger le jeune garçon ! On passe tout le long de la lecture à se demander comment l'auteur va terminer son histoire sans nous décevoir ! 

    Une très belle intrigue ! Et une réflexion sur la justice, la culpabilité qui ronge !

    Super livre ! 

    *****

    Elle fréquentait l'église quand elle avait besoin de secours. Dieu était un voisin un peu distant qu'on avait plaisir à croiser et à qui on ne rechignait pas de demander un petit service de temps à autre. Elle allait à la messe de Noël comme on visite une vieille tante.

    ****

     Madame Courtin faisait en toutes choses ce qui devait se faire simplement parce que c'était ce que autour d'elle tout le monde faisait.

    ****

    Tel était sa punition : purger sa peine en toute liberté au prix de son existence tout entière.

    ****

    La rumeur est une sauce fragile, elle prend ou elle ne prend pas.

    ****

     

    Pin It

    20 commentaires
  • Il court, il court le furêt de M

    Southampton, quartier rouge. Le corps d'un homme est découvert. Atrocement mutilé, le coeur arraché. Peu de temps après, un colis est déposé au domicile de la victime. Sur un écrin de journaux, repose... son coeur. Bientôt, un autre corps est retrouvé. Même mise en scène macabre. La peur s'empare de la ville.
    Pain bénit pour les tabloïds, le tueur en série est bientôt comparé à Jack l'Éventreur. Pourtant, ce ne sont pas les prostituées qui sont visées mais leurs clients. Les victimes, des hommes en apparence bien sous tout rapport, fréquentaient tous en secret les bas-fonds de la ville.
    Le commandant Helen Grace est chargée de l'enquête. Le tueur est déchaîné. À elle de l'arrêter avant qu'il ne frappe à nouveau.
    Dans la continuité d'Am stram gram, Il court, il court, le furet est le nouveau thriller électrisant de M.J. Arlidge.

    Il court, il court le furêt de M

    Mon ressenti : j'ai eu du mal à rentrer dans l'intrigue mais c'est une belle suite d'Am stram gram...

    J'ai apprécié la seconde partie du livre ! 

    Un bon thriller avec des personnages forts ! 

    ******

    On a beau en avoir vu des vertes et des pas mûres, on ne s’habitue jamais à la violence. 

    ***

    Pendant des siècles les filles de joie avaient subi en silence la violence des hommes, fallait-il donc s’offusquer qu’aujourd’hui les rôles soient inversés? 

    ***

    On ne peut pas avoir tout et son contraire. Vouloir protéger farouchement sa vie privée et se rapprocher intimement de quelqu’un. 

     

    Pin It

    15 commentaires
  • bilan de mai

    Voici mon bilan de lecture :

    Une très jolie histoire de femmes

    bilan de mai

    Un bon polar de mon chouchou : 

    bilan de mai

    lecture commune :

    bilan de mai

    Un bon suspense comme j'aime

    bilan de mai

    Et un autre thriller presque fini

    bilan de mai

    Pin It

    19 commentaires
  • Une putain d'histoire de Bernard Minier

    Une île boisée au large de Seattle... 

    "Au commencement est la peur. La peur de se noyer. La peur des autres, ceux qui me détestent, ceux qui veulent ma peau. Autant vous le dire tout de suite : Ce n'est pas une histoire banale. Ça non. c'est une putain d'histoire. Ouais, une putain d'histoire... "

    Une histoire d’amour et de peur, de bruit et de fureur. L’histoire de Henry, 17 ans, que le meurtre de sa petite amie plonge dans l’enfer du soupçon. Sur son île, Glass Island, battue par les vents, cernée par la brume 360 jours par an et uniquement accessible par ferry, tout le monde connaît tout le monde, jusqu’au plus noir de ses secrets. Ou du moins le croit-on.
    Quand la peur gagne, la vérité s’y perd…

    Une putain d'histoire de Bernard Minier

    Mon ressenti : Une première pour moi, je ne connaissais pas cet auteur ! 

    Je reconnais que cette histoire n'est pas banale ! Pleins de personnages qui semblent tous quelque chose à cacher ! L'auteur sait nous retourner avec un final étonnant ! 

    Malgré quelques longueurs, on est tenu en haleine pour connaître le dénouement.

    Il paraît que ce n'est pas son meilleur livre alors j'ai hâte de tester les autres ! 

    *****

    Il savait qu'aujourd'hui où les gens conservent la plupart de leurs souvenirs et de leurs archives dans les entrailles de leurs ordinateurs, les tiroirs recèlent bien moins de secrets qu'auparavant.

    ***

    Chaque foyer a ses règles tacites. Chaque famille est un pays et un gouvernement à lui tout seul, où règnent des lois qui n'ont pas cours dans la maison d'à côté, des dizaines de petites conventions et d'habitudes qui, à l'abri des regards, assurent son unité. 

    ***

    Il y avait chaque année plus d'Américains qui mouraient en glissant dans leur salle de bains que victimes du terrorisme mais les fabricants de tapis de bain antidérapants n'avaient pas touché du gouvernement les milliards de dollars qu'il avait généreusement octroyés à des boîtes [de surveillance] comme Watchcorp après le 11 septembre. 

    ***

    L’orque nomade est le plus cruel des mammifères marins mais l’homme nomade est le plus cruel des mammifères tout court. 

    Pin It

    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique