• T'en souviens-tu mon Anaïs ? et autres nouvelles de Michel Bussi

     

    Voilà treize jours qu’Ariane a posé ses valises dans cette villa de la côte d’Albâtre. Pour elle et sa fille de 3 ans, une nouvelle vie commence. Mais sa fuite, de Paris à Veules-les-Roses, en rappelle une autre, plus d’un siècle plus tôt, lorsqu’une fameuse actrice de la...

    T'en souviens-tu mon Anaïs ? et autres nouvelles de Michel Bussi

     

    Mon ressenti : Je me suis régalée.... ah ces nouvelles sont bien de la patte de Michel Bussi, on reconnaît sa façon d'installer le mystère tout le long des pages ! J'ai adoré ! 

    Bravo Monsieur Bussi

    ******

    Les hommes choisissent toujours la fille qui leur donne l'impression d'être meilleurs, plus fins, moins cons qu'ils ne sont.

    ****

    On raconte qu'à Veules un admirateur local de Victor Hugo avait écrit le nom de l'écrivain dans le sable. "Regardez, fit un ami à Hugo, la mer efface votre nom. Elle ne l'efface pas, aurait répondu Hugo. Elle l'emporte!" 

    ****

    Depuis que j’écris, j’ai compris pourquoi, de Flaubert à Maupassant, la Normandie est une exceptionnelle terre d’écrivains. Pas pour la proximité de Paris, de la mer, des chaumières romantiques ou des abbayes hantées. Non. Aucun rapport. Si les romanciers normands ont de tout temps aligné plus de mots que dans n’importe quelle autre région, c’est uniquement à cause de la météo ! 

    ****

    Il y a des milieux où cela séduit, la sincérité, la simplicité, davantage que le fric. 

     

     

    Pin It

    17 commentaires
  • Layla Beck, une jeune citadine fortunée, fille d'un puissant sénateur du Delaware, refuse d'épouser le riche parti que son père a choisi pour elle et se voit contrainte d'accepter un emploi de rédactrice au sein d'une agence gouvernementale. Elle n'a jamais travaillé de sa vie, mais en ces temps de grande dépression, nécessité fait loi. Sa mission : se rendre dans la petite ville de Macedonia, interroger ses habitants hauts en couleur, et rédiger l'histoire de cette ville sur le point de célébrer le cent-cinquantenaire de sa fondation. Elle prend pension chez les Romeyn, des excentriques désargentés, autrefois propriétaires d'une grande fabrique de chaussettes et autres articles de bonneterie – Les Inusables Américaines – qui a été ravagée par un incendie plusieurs années auparavant. Ce drame, qui a coûté la vie au grand amour de Jottie Romeyn, reste gravé dans les mémoires et suscite encore bien des questions. Ce même été, Willa Romeyn, douze ans, grande admiratrice de Sherlock Holmes, décide de tourner le dos à l'enfance et d'utiliser ses dons de déduction pour percer les mystères qui semblent entourer sa famille. De question en réponse, de soupçon en révélation, Layla et Willa vont bouleverser le cours des choses, changer profondément et à jamais l'existence de tous les membres de leur petite communauté, et mettre au jour vérités enfouies et blessures mal cicatrisées.

    Le Secret de la manufacture de chaussettes inusables d'Annie Barrows

    Mon ressenti : Une belle saga dans les années 30, un secret révélé au fil des pages. J'ai aimé vivre dans cette époque, découvrir une vie différente, des lieux différents... Malgré tout, il y a des longueurs, j'aurai supprimé certains passages à mon avis.

    *********

    Elle avait une jambe plus courte que l'autre, et quand elle marchait, on aurait dit deux moitiés de personnes qu'on aurait cousues ensemble. Deux demi-personnes qui ne s'aimaient pas beaucoup.

    ***

    "Chacun de nous voit une histoire donnée à travers le prisme de sa propre subjectivité. Nous sommes incapables de nous montrer objectifs." 

    ***

    "Ne pose pas de question si tu risques de ne pas aimer la réponse" 

    ***

    Peut-être qu'il trouvait plus facile de comprendre un million de chats qu'une ou deux personnes. 

    ***

    Le Secret de la manufacture de chaussettes inusables d'Annie Barrows

     

    Lu dans le cadre du challenge de Phildes : 

    http://phildes2.canalblog.com/

    Le Secret de la manufacture de chaussettes inusables d'Annie Barrows

    Pin It

    16 commentaires
  • Bilan de Février

    Alors j'ai lu en février : 

     

    Bilan de Février

    Bilan de Février

     

    en lecture commune : 

    Bilan de Février

    Bilan de Février

     

    critique à publier : 

    Bilan de Février

     

    et pour finir en beauté : (critique à publier)

    Bilan de Février

    Prévision de lecture pour mars

    Bilan de Février

     

    *****

    Bilan de Février

    Lady M  : http://www.ma-chienne-de-vie.com/2018/02/defi-khanel3-la-fin-des-choux-cailloux.html

    Mamapah : http://creationsmamaph.over-blog.com/2018/02/les-defins-de-khanel.html

    Pin It

    20 commentaires
  • Plage de sable fin sur une île privée des Caraïbes, une bombe sexuelle pour seule compagnie, le célèbre agent sportif Myron Bolitar essaie d'oublier ses dernières mésaventures. Mais quand Win, richissime sociopathe et néanmoins meilleur ami arrive en jet privé, les ennuis ne sont pas loin. Fatalement. Esperanza, son associée, est accusée d'avoir assassiné un de leurs clients, une star du base-ball sur le déclin. Pas vraiment la publicité rêvée pour MB Sports... Ni une ni deux, Myron fait son come-back pour voler au secours d'Esperanza et prouver l'innocence de celle que tout accuse. Le seul problème, c'est qu'elle ne veut pas de son aide. Mais Myron n'est pas du genre à renoncer, surtout quand il considère le cas comme une affaire personnelle. Car entre un passage éclair dans un club de trans, une propriétaire des Yankees dont la fille a disparu, un contrôle antidopage truqué et l'image d'une adolescente en train de mourir sur son ordinateur, la propre investigation de Myron le conduit à un seul autre suspect: lui-même...

    Mon ressenti : je retrouve avec plaisir le personnage phare d'Harlan Coben, Myron Bolitar ! 

    Le voilà dans une enquête étonnante qui le touche personnellement.

    Jusqu'au bout, on ne comprend pas à quel point Myron est impliqué. 

    J'ai adoré les dialogues avec son ami Win, toujours autant d'humour, de sarcasme ! 

    Je râle car il ne reste plus que 3 livres avec Myron que je n'ai pas lu !!! 

    Je fais durer le plaisir ! 

    *****

    Il avait appelé Papa et Maman pour leur dire de ne pas s'inquiéter (autant leur demander de se laisser pousser des branchies et de respirer sous l'eau)

    ****

    - C'était mon père.
    - Oui, je l'avais deviné quand Big Cyndi a dit que ton père était en ligne. Ce qui a, par la suite, été confirmé par le fait que tu as répété quatre fois « p'pa » au cours de la conversation. Je suis assez doué dans mon genre. 

    ****

    - On ne dit plus ça, dit Sally. Maintenant, on dit sans. Ce n'est pas un centre commercial non fumeur: c'est une zone sans fumée. Bientôt, ils diront que l'eau est une zone sans air. Ou le Sénat une zone sans cerveau.  

    *****

    Elle portait une combinaison orange fluo. Oubliez le gris ou les rayures - si un prisonnier voulait s'échapper, il était aussi repérable qu'une strip-teaseuse dans un monastère. 

    ****

     

    Pin It

    21 commentaires
  • Qui es-tu Alaska ? de John Green

    Miles Halter a seize ans et n'a pas l'impression d'avoir vécu. Assoiffé d'expériences, il décide de quitter le petit cocon familial pour partir loin, en Alabama au pensionnat de Culver Creek. Ce sera le lieu de tous les possibles. Et de toutes les premières fois. C'est là aussi, qu'il rencontre Alaska. La troublante, l'insaisissable et insoumise, drôle, intelligente et follement sexy, Alaska Young.

    Qui es-tu Alaska ? de John Green

     Lecture commune avec Pat Pépette : http://patpepette.eklablog.com/recent

    et Clio : http://clio-se-balade-autrement.eklablog.com/qui-es-tu-alaska-john-green-lectures-communes-fevrier-2018-a135629776

     

    Mon ressenti : Un livre pour adolescent ! Pas facile de rentrer dans certains trips ! Mais je me suis attaché aux personnages au fil des pages.

    L'humour de ces jeunes mais aussi leur tristesse nous touche.

    Le décès d'une camarade marquera à jamais ces ados ! 

    On vit l'aventure avec leurs yeux d'ado, leur inquiétude dû à leur age mais aussi leur insouciance.

    Drôle, touchant avec quelques longueurs malgré tout !

    *****

    " On se sert de l'avenir pour échapper au présent "

    ****

    Alors je suis retourné dans ma chambre et je me suis écroulé sur mon lit, en me disant que si les gens étaient de la pluie, j'étais de la bruine et elle, un ouragan. 

    *******

    J’ai décrété finalement que les gens croyaient en l’au-delà pour la bonne raison qu’ils ne pouvaient supporter de ne pas y croire. 

    ******

    Elle a précisé que le fait de laisser la cuisine aux femmes était sexiste, mais qu’il était préférable de manger de la bonne cuisine sexiste plutôt que de la cuisine dégoûtante préparée par des garçons. 

    *****

    Je ne vais pas faire partie de ces gens qui passent leur temps à raconter ce qu'ils ont l'intention de faire plus tard. Je vais le faire, c'est tout. Imaginer l'avenir est une forme de nostalgie. 

    ******

    Pire que la fête où personne ne vient, il y a la fête où ne se pointent que les deux personnes les plus ennuyeuses de la terre. 

    ******

    Qui es-tu Alaska ? de John Green

    Mamazerty : https://danslesmallesdemamazerty.blogspot.fr/2018/02/mots-en-ou-finissant-par-x-au.html

     

     

     

    Pin It

    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique